mardi 15 mai 2012

mardi 2 août 2011

Coeur à la crème











Source : École de cuisine Mezza Luna
Pour 1 gros coeur à la crème (environ 7 po)*

Voici un dessert d'une délicatesse absolue - aussi léger en bouche qu'un nuage. Puisque les moules sont habituellement vendus en forme de coeur, cette merveille complète magnifiquement un repas d'amoureux.

- 250 ml (1 tasse) de crème à fouetter 35%
- 150ml (2/3 tasse) de sucre
- 2 blancs d’œufs
- 250g (8oz) de yogourt riche en matìères grasses (sans épaississants tels que le carragheen ou la pectine)
- 1 c. à thé d'extrait de vanille pure (ou les grains de une demie gousse de vanille)
- Coulis de framboises ou de fraises (idéalement fait maison avec moins de sucre pour une petite pointe d'acidité)
- Framboises ou fraises fraiches pour décorer

Préparation

1. Dans un grand bol, mélanger la crème et 75 ml (1/3 tasse) de sucre. Fouetter jusqu'à formation de pics mous. Réserver.

2. Dans un autre grand bol, à l’aide d’un batteur électrique, fouetter les blancs d’œufs en neige jusqu'à la formation de pics mous. Sans cesser de fouetter, ajouter le reste du sucre (75 ml ou 1/3 tasse), une cuillère à soupe à la fois jusqu'à l’obtention de pics fermes et satinés.

3. Plier le mélange crémeux et les blancs d’œufs dans le yaourt a l’aide d’une spatule et incorporer la vanille.

4. Tapissez un grand moule ou six ramequins perforés en forme de cœur (ou une grande passoire fine) d’une double épaisseur de mousseline et laissez dépasser.

5. Versez la préparation dans le moule choisis et laissez égoutter au dessus d’une grande assiette ou d’un bol, selon le cas. Replier la mousseline sur l’appareil, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer 24 heures.

6. Découvrir le (ou les) cœur à la crème, poser l’assiette de service sur le(s) moule(s) et retourner.

Si on ne veut pas acheter le moule traditionnel, on peut utiliser une passoire fine. Dans ce cas, lorsque le dessert est prêt, renverser la passoire sur une grande assiette, former des boules à l’aide d’une cuillère à mouler et déposer dans des coupes. Napper le dessert de coulis de framboises et garnir de quelques framboises fraiches.


* Si on ne veut que 2 coeurs à la crème individuels, faire la moitié de la recette.

mardi 26 juillet 2011

60e anniversaire de maman - Thème bonbons et fleurs

Voici un projet commun avec ma belle-soeur Nancy. On s'est bien amusées. Le plus difficile dans ce gâteau est certainement la création du concept. En effet, l'exécution n'est vraiment pas compliquée.

Il suffit de glacer le gâteau du bas et du haut et de "coller" des framboises en bonbon. Nous avons recouvert l'étage du milieu de fondant sur lequel sont collées des boules noires et de la réglisse noire.

Une fleur fraîche dans sa petite pipette est insérée dans le gâteau de dessus. Et voilà, le tour est joué.

samedi 5 mars 2011

Fini fini fini fini fini fini fini F-I-N-I

Je l'ai dit souvent, maintenant je le pense. À moins d'avoir un coupon (et je peux détecter les faux), je ne fais plus de gâteau du genre pour qui que ce soit à part pour moi - je suis très égoïste - je le sais.

Mon homme a beaucoup participé à la réalisation de ce gâteau, merci Ailton!

mercredi 5 janvier 2011

Buche de Noël

Voici ma buche de Noël 2010. Il s'agit en fait de 2 buches superposées puisque celle que j'avais initialement choisie était finalement beaucoup trop petite pour nourrir tout mon monde.

Au centre, c'est une recette traditionnelle, avec des tonnes d'oeufs, sans poudre à pâte. Ça donne une mie très fondante. À l'extérieur, c'est une recette de Kraft (seulement la mie, pas le glaçage).






Le glaçage à l'intérieur est composé de chocolat, de beurre et d'une touche de Nutella. Celui du dessus est fait de sucre en poudre, de beurre et de quelques gouttes d'eau. J'ai ensuite versé du chocolat fondu avec un peu de crème pour faire un effet marbré avec ma spatule.








J'ai fait le schtroumpf (avez-vous remarqué sa ceinture fléchée?!) et les champignons avec un mélange (50/50) fondant à la guimauve et pâte d'amande. Pour faire la neige, j'ai râpé du fondant. Autour de la buche, j'ai disposé des écorces d'oranges que j'ai confites et trempées dans le chocolat noir.

mardi 12 octobre 2010

Gâteau aux carottes










Gâteau aux carottes (recette modifiée)
Recette originale provenant de Dgigu

Ingrédients - mélange liquide
½ tasse d’huile d’olive
½ tasse d’huile de canola
1 ½ tasse de cassonade
4 oeufs
1 c. à thé de vanille
2 c. à table de mélasse

3 tasses de carottes râpées fin (environ 3 carottes)

Ingrédients - mélange solide
3 tasses de farine
2 c. à thé de bicarbonate de soude
3 c. à thé de poudre à pâte
2 c. à thé de cannelle
½ c. à thé de muscade fraîchement râpée
¼ c. à thé de piment de la Jamaïque moulu
1 c. à thé de sel

1 tasse de garniture au choix : noix, raisins secs, brisures de chocolat

Étapes
Préchauffer le four à 350° F.
Malaxer ensemble le mélange liquide jusqu’à ce que ce soit bien mousseux, environ 8 minutes.
Incorporer les carottes, puis ajouter les ingrédients secs.
Ajouter la garniture choisie, mélanger juste pour bien répartir et verser dans un moule graissé et enfariné.
Enfourner pour 70 minutes (temps calculé pour un moule de 10 po par 15 po - si, comme moi, vous changez le moule, soyez vigilants pour la durée de cuisson qui sera altérée en conséquences).
**************************************

Garniture

Ingrédients
3 c. à table de beurre
¼ tasse de cassonade
1 c. à thé de sirop de maïs
¼ c. à thé de cannelle
1 tasse (environ) de noix au choix (moi : noix de Grenoble, noix d’acajou, tranches de noix de coco rôties*)

Étapes
Dans une petite casserole, faire fondre le beurre à feu moyen. Ajouter la cassonade, le sirop de maïs et la cannelle, remuer les ingrédients pour bien amalgamer. Ne plus y toucher et attendre que le mélange bouillonne. Ajouter les noix et bien mélanger, laisser reposer.










*En vente dans la section « Biologique » chez IGA.
*************************************

Caramel

Source : La Collection Mini-Livres Bon Appétit - Brunchs et lunchs

Ingrédients
1/2 t. de beurre
3/4 t. de cassonade bien tassée
1/4 t. de sirop de maïs
1 1/4 t. de crème 35%

Étapes
Dans une casserole, chauffer le beurre. Ajouter la cassonade et le sirop de maïs. Remuer sur le feu jusqu'à dissolution de la cassonde. Laisser mijoter 2 minutes à découvert, sans remuer. Retirer du feu. Ajouter la crème et mélanger.
*****************************************

Montage

À sa sortie du four, laisser le gâteau reposer une quinzaine de minutes. À l’aide d’un pic à brochette, percer le gâteau un peu partout et verser du caramel (juger de la quantité selon la vos goûts). Répartir la garniture de noix sur le gâteau.

mercredi 29 septembre 2010

La Casa Grecque

Le samedi 25 septembre dernier, je suis allée à la Casa Grecque de Brossard. Nous étions un groupe réuni pour célébrer un 65e anniversaire.

Voici ce que j'en pense.

D’abord, on nous a servi des corbeilles de pain brun sec.

Nous avons commandé 2 entrées à partager : l'assiette « Pikilia » (piètre équivalent des antipasti italiens) et les calmars frits.

Dans le Pikilia, il y a 2 ramequins de trempette, servis avec un craquelin par ramequin. Avec quoi sommes nous supposés manger les trempettes? Le pain brun sec? Il y avait également des spanakopitas dont je raffole habituellement (ailleurs qu’à la Casa Grecque, il va sans dire) : mous, sentant le ranci et suintant l’huile. Épouvantable!

Les calmars frits étaient vraiment trop cuits et servis avec une délicate sauce rouge appelée familièrement Ketchup. Devinette : qu’est-ce que ça donne des calmars trop cuits? Étant des personnes bien élevées, nous ne pûmes malheureusement pas nous amuser avec les élastiques panés gentiment offerts par la Casa, dommage, ça aurait fait patienter pour la suite du repas.

Pour le plat principal, j’ai commandé le filet de sole avec des langoustines. La garniture de ces dernières (ail et chapelure) était, elle aussi, rance. Impossible de manger ça.

Mon époux et mon frère ont choisi le steak (filet mignon et entrecôte). Les deux assiettes ont été retournées parce que la cuisson était complètement ratée. Lorsqu’ils ont finalement reçu leur nouvelle assiette, la cuisson était réussie, mais la viande était de bien piètre qualité, pleine de tiraille, immangeable.

Ma belle-sœur a payé 5 $ pour ajouter une brochette de crevettes. Ils ont réussi l’exploit d’amener à l’expression « trop cuit », une toute nouvelle dimension : les pauvres crevettes étaient pétrifiées. Dommage qu’on ait déjà repris les calmars-élastiques, ça nous aurait fait de belles munitions pour en faire une fronde.

Mon frère a demandé à voir le gérant. Il lui a dit que sa conjointe et lui ne pouvaient rien manger, tout étant immangeable! Il n’a finalement payé que son entrée de calmars. Le gérant lui a expliqué qu’ils avaient tellement de groupes en salle qu’ils ne fournissaient pas.

Il y avait T-E-L-L-E-M-E-N-T DE G-R-O-U-P-E-S ! Voilà le cœur du problème. En tant que client, où est notre faute dans cette situation? Pourquoi devrions-nous payer le prix régulier s'ils sont incapables de nous offrir de la qualité? Croient-ils nous rendre service en acceptant plus de groupes qu'ils ne peuvent en servir?

Malgré tout, je n’ai que du bien à dire de notre serveur. Il se démenait comme il le pouvait dans une situation hors de son contrôle. Dans les circonstances, je dirais qu’il a été exceptionnel.

Nous n'avons pas beaucoup mangé ce soir-là, mais nous avons tout de même passé un bon moment à rire de la situation.

Votre dévouée Électromelle.